acheter sildenafil online calan mg topamax sans recette comprar generico levitra kamagra oral jelly apotheke comprare cialis generico in italia in contrassegno
differin mg trileptal comprar en línea crestor comprar en línea
  • cheap adobe audition cc 2014 adobe acrobat 9 standard mac download napp photoshop cs5 discount
  • kamagra online bestellen comprar viagra en barcelona cialis ou acheter
  • Julien Sanchez poursuit « Midi Libre » et Alain Plombat en diffamation

    Communiqué de Presse de Julien Sanchez, conseiller régional, membre du Comité Central du FN :

    Julien Sanchez poursuit « Midi Libre » et Alain Plombat en diffamation

    Ce matin, Midi Libre publie un article totalement diffamatoire à l’égard de Julien Sanchez. Il lui est imputé d’avoir menacé de mort un élu, d’avoir écrit une diatribe contre les immigrés et les kebabs ainsi que d’avoir laissé un message très particulier (sic) à destination d’une personne proche d’un élu UMP.

    Ces imputations sont totalement fausses et mettent gravement en cause Julien Sanchez. Il poursuit donc en diffamation Alain Plombat, le directeur de la publication de Midi libre devant le tribunal correctionnel.

    La mauvaise foi du quotidien est largement démontrée puisqu’aucun journaliste n’a téléphoné à Julien Sanchez pour l’interroger sur ces accusations particulièrement graves comme l’exige la jurisprudence en matière de droit de la presse.

    3 commentaires à cet article :

    1. marcel says:

      Pour accuser quelqu’un il faut des preves concrètes pas des journalistes de quartier engagé le premier qui á parlé á raison c’est monsieur j’ai une carte de journaliste je bave n’importe quoi cela est de la difflamation il devrais apprendre son métier et revenir aux fondamentaux du journalisme des r.d.v des question qui améne des réponses bravo midi libre.

    2. Thierry JACOB says:

      Rappelons que l’UMP comme le PS (et leurs satellites) sont responsables de l’explosion d’une immigration non contrôlée, subit, donc des conséquences en matière d’insécurité et de coûts sociaux (logement, santé, éducation…) qui grèvent l’ensemble des budgets.

      Le temps est venu de stopper l’immigration qui ne répond en rien à un besoin (sauf pour satisfaire les exigences du MEDEF) mais également d’instaurer une LOI DU RETOUR pour inciter les binationaux à rentrer dans leurs pays d’origines (40% des franco-tunisiens ont voté islamiste) pour vivre selon leurs cultures.

      Les campagnes électorales (présidentielles et législatives) qui s’ouvrent sont l’occasion de poser les questions et surtout d’y répondre.
      Les chantres du libéralisme mondialisé nous imposent leur idéologie à coups de propagande. Il ne faudrait pas que les médias qui ont pour mission d’informer prennent parti.

    Laisser un commentaire

    *