pharmacie belgique viagra http://www.eurocadres.org/?com...-tadalafil comprar viagra con seguridad http://www.eurocadres.org/?com...levitra-mg viagra sin receta medica
http://www.aepoa.uqam.ca/wordp...d-diarreah order proscar europe http://www.aepoa.uqam.ca/wordp...e-pharmacy can i buy clomiphene without a prescription clomid late ovulation
much does propecia cost cvs how to take amoxicillin 500mg for strep throat ventolin order buy ventolin inhaler online no prescription ventolin buy viagra günstig rezeptfrei vendita cialis farmacie italiane http://samovar.telecom-sudpari...spa%C3%B1a viagra prezzi in farmacia acquisto viagra on line
    http://www.atec.edu.au/index.p...neonly2583 where can i buy cialis in australia with paypal is viagra prescription australia buy kamagra online australia price of cialis australia
viagra halbe tablette cialis vergoeding viagra libera vendita køb cialis online viagra online contrareembolso españa

L’engagement en Ile-de-France

Portrait / Le parcours / Les débuts / En Seine-et-Marne / Retour en Languedoc-Roussillon

IV – En Seine-et-Marne

L’INSTALLATION :

Après m’être implanté en Languedoc-Roussillon et avoir connu une période de chômage, j’ai donc dû, en 2004, revenir dans ma région natale, l’Ile-de-France, pour travailler, les offres d’emploi se faisant de plus en plus rares en Languedoc-Roussillon.

J’y suis devenu dans un premier temps assistant du Groupe FN au Conseil Régional d’Ile-de-France.

Pendant 6 mois, aux côtés de Marine LE PEN, j’ai eu l’occasion d’y travailler sur plusieurs dossiers et notamment celui des transports en banlieue (et plus particulièrement en Seine-et-Marne).

Ensuite élu (à titre bénévole) au Conseil Régional des Jeunes, j’y poursuis deux soirs par semaine, de 19h à 21h, mon combat politique, à commencer par celui pour les Transports (cette fois des jeunes). Etant moi-même un usager quotidien, je suis alors doublement concerné et choqué par les conditions de transports (entassement, retards très « réguliers », absence de climatisation dans certains RER, insécurité) et par le fait que les clandestins aient droit officiellement (grâce au conseil Régional de Gauche, mais aussi à l’opposition de Droite molle) aux transports gratuits alors que les Français, eux, bien sûr, les paient.

LES ELECTIONS :

Eté 2006 : A un an des élections législatives, je fais part à Jean-Marie LE PEN de mon intention d’être l’un de ses candidats. Il accepte tout de suite et, conscient de mon travail militant, demande à Jean-François JALKH, Secrétaire National aux Elections et alors Secrétaire départemental de Seine-et-Marne, de me proposer plusieurs circonscriptions.

Traversée par les lignes de transport des RER B et E, la 7e circonscription de Seine-et-Marne, particulièrement emblématique des problèmes de transports que je connais par coeur, mais aussi très touchée par le chômage et l’insécurité, est celle que je choisis pour porter le message et les propositions du Front, particulièrement adaptés à la situation locale.

Cette circonscription étant dépourvue de responsable FN depuis peu, j’y suis nommé dans la foulée, et me déclare candidat en novembre 2006, prenant de court mes adversaires et menant une campagne active de 8 mois à travers la circonscription.

Débat entre candidats, réunions publiques, conférences de Presse, marchés, boîtage, porte à porte, participation à des émissions télévisées et radiodiffusées, l’essentiel y sera fait pendant 8 mois bien que, pris jusque fin avril par la campagne présidentielle, je ne pourrai mener campagne que certains soirs et week-ends, contrairement à certains adversaires qui faisaient ça à temps plein et que l’on n’a plus vus une fois la campagne passée ou une fois élu (pour ce qui concerne le nouveau Député UMP).

Particulièrement volontaire, je recevrai, au cours de la campagne la visite de plusieurs membres du Bureau Politique du Front National (Marie-Christine ARNAUTU à Claye, Martine LEHIDEUX à Vaires, Bruno GOLLNISCH à Chelles, Eric IORIO au Pin et Michel HUBAULT à Saint-Thibault-des-Vignes) qui viendront animer des débats publics intéressants.

Le résultat, meilleur que la moyenne nationale (5,33% contre 4,29%), fait de moi l’un des 17 candidats FN d’Ile-de-France (sur 99) à passer la barre des 5%.

Cette performance, inférieure à mes espérances (vus le temps et l’énergie dépensés) mais encourageante dans le contexte, prouve que le travail paie.

Avec 2 628 voix, je deviens l’une des figures politiques de la circonscription.

Et, si les législatives ne m’ont pas donné le résultat escompté, je n’ai pas abandonné le terrain pour autant.
J’ai ainsi continué à aller à la rencontre de mes concitoyens toute l’année en 2007, 2008 et 2009 avec une équipe soudée et motivée que j’ai pu reformer dans une circonscription où plus rien n’existait de ce point de vue.

MES COMBATS :

Fin 2007 : J’attire l’attention des pouvoirs publics sur la situation alarmante du RER B (conditions de transports déplorables, retards à répétition) en lançant une pétition et un site Internet (www.RER-B.com) dont plusieurs médias se font alors l’écho, à tel point que lors des élections cantonales qui suivront en 2008, les candidats PS et UMP se sentiront tous deux obligés d’en parler eux aussi pour la première fois et de faire des promesses (non tenues bien sûr une fois élus). Améliorer les transports fut le point prioritaire de mon programme lors de ces élections locales.

J’obtiendrai 10,73% et doublerai ainsi le résultat des législatives survenues 9 mois plus tôt.

COMPARATIF LÉGISLATIVES 2007 – CANTONALES 2008 :

Commune Résultat Législatives
10 juin 2007
Résultat Cantonales
9 mars 2008
Annet-sur-Marne 47 voix (04,03%) 107 voix (09,11%)
Claye-Souilly 205 voix (04,73%) 409 voix (10,61%)
Courtry 133 voix (05,46%) 278 voix (10,91%)
Le Pin 45 voix (08,52%) 69 voix (11,86%)
Villeparisis 401 voix (06,06%) 681 voix (10,46%)
Villevaudé 51 voix (07,00%) 105 voix (15,13%)
TOTAL 882 voix (05,58%) 1 649 voix (10,73%)

Aux municipales de 2008, j’échouerai à me présenter à Chelles (45 000 habitants) en raison de la Loi sur la parité qui imposait 22 candidats hommes et 21 candidates femmes sur la liste. Je parviendrai à trouver 30 hommes volontaires mais seulement 19 femmes.

D’autres auraient arrêté là leur engagement pour cette ville. Je le poursuis et m’engage un an plus tard en mars 2009 contre l’implantation d’une école islamique sur un terrain public de la Communauté d’agglomération de Marne-et-Chantereine en créant une pétition de principe distribuée dans tous les foyers de Chelles, Vaires-sur-Marne, Courtry, Brou-sur-Chantereine, Le Pin et aussi bien sûr sur internet (voir le site : www.ecole-musulmane-chelles.fr ).

Bilan : + de 15.000 signataires. Le Maire PS de Chelles Jean-Paul PLANCHOU persistant dans le mépris de ses concitoyens signataires, je décide d’organiser l’invasion de son conseil municipal du 27/03/2009 pour lui montrer que les opposants au projet sont plus nombreux qu’il ne le croit et pour entamer le bras de fer. A ce jour, le projet semble enterré mais, bien que n’étant plus sur place, j’ai promis à la population locale de revenir donner de la voix si elle me le demandait et si elle avait vent de nouveaux éléments sur ce dossier.

Enfin, quelques mois plus tard, le même Jean-Paul PLANCHOU laisse ses adjoints parrainer un clandestin hors la loi dans l’enceinte de la Mairie de Chelles et annonce même fièrement que ledit clandestin est employé par la ville depuis 1 an. Je décide là aussi de bouger. Non pas par animosité envers ce clandestin (qui a l’air sympathique) mais parce qu’1 clandestin + 1 clandestin + 1 clandestin ça fait des centaines de milliers chaque année, dont 95% arrivent sans contrat de travail et sont à notre charge totale, ce que je combats, à une époque où il y a déjà tant de misère et de chômage en France parmi les Français.
Je pars en effet du principe qu’en temps de crise, il est plus humain d’aider les Français en France et d’aider les pays en voie de développement à se développer plutôt que d’accepter lâchement la venue de centaines de milliers d’individus en France, où ceux-ci participeront de l’accélération de l’appauvrissement collectif de notre pays au lieu de participer au redressement de leurs propres pays. Les politiques doivent parfois avoir le courage de dire non, surtout lorsque l’intérêt national est menacé.

Voilà pourquoi j’ai décidé suite à cette affaire de lancer une association nationale combattant l’aide à l’immigration clandestine : le Collectif « Clandestins Dehors ! » (Voir le site du Collectif ici : www.clandestins-dehors.fr ) car il n’y a pas que les défenseurs (grassement subventionnés) des clandestins qui ont le droit de s’organiser en France.

En résumé, je peux dire aujourd’hui qu’avant de faire mon retour en Languedoc-Roussillon, j’ai eu plaisir à m’investir et à combattre en Seine-et-Marne et suis très fier du travail accompli.
A mes amis Emilienne et Jean-Paul désormais d’assurer ma relève dans ce coin du département le plus grand d’Ile-de-France.
Je sais qu’ils s’occuperont bien des Seine-et-Marnais.
N’hésitez pas à les contacter si vous habitez les cantons de Chelles, Vaires-sur-Marne, Lagny-sur-Marne ou Claye/Villeparisis ! C’est tous ensemble que nous pourrons changer les choses !

Portrait / Le parcours / Les débuts / En Seine-et-Marne / Retour en Languedoc-Roussillon

Il y a 1 commentaire à cet article :

  1. My Kim STOSS says:

    Bonjour Julien ! Je suis très contente de toi et fière en même temps. Ton parcours depuis ton départ de Montpellier est superbe. Même si je ne te donne pas de nouvelles, je suis tes activités via internet et tes interviews. Grosses bises affectueuses et bonne continuation !!!!!!

Laisser un commentaire

*